Racheter son prêt hypothécaire pour bénéficier d'un meilleur taux

Réaliser des économies et renégocier vos conditions d’emprunt

Racheter son prêt hypothécaire pour bénéficier d’un meilleur taux

 

Vous avez souscrit un crédit immobilier et vous souhaitez réduire vos mensualités, afin de réaliser des économies pour financer un nouveau projet, comme par exemple des travaux de rénovation ? Ceci devient une question importante maintenant que les taux actuels sont extrêmement bas et très favorables pour les consommateurs !

Simulez votre rachat de prêt hypothécaire

Heureusement, il existe une solution : racheter son prêt hypothécaire pour bénéficier d’un meilleur taux. Avant de se lancer dans cet opération de rachat, il va falloir toutefois prêter attention à certains aspects et étudier la question en profondeur, afin de vous assurer de sortir gagnant de ce rachat afin de consolider votre situation financière.

En amont du processus, sachez que vous avez la possibilité de choisir un refinancement interne ou un refinancement externe. Dans le cas d’un refinancement interne, vous négociez avec votre banque actuelle un nouveau crédit qui vous permettra de solder votre ancien crédit. Pour ce qui concerne le refinancement externe, il s’agit de se mettre en contact avec une banque concurrente de votre banque actuelle, qui acceptera de rembourser votre crédit immobilier, et ceci dans sa totalité avec toutefois de possibles frais de dossier.

Ce qui est intéressant et représente un véritable gain pour le consommateur est de pouvoir renégocier tous les paramètres concernant le crédit souscrit : vous pourrez revoir le type de taux, ainsi que la durée de l’emprunt et le mode de remboursement. Sachez qu’en échange de ce rachat de prêt hypothécaire, la banque peut vous demander d’ouvrir un compte à vue avec domiciliation de salaire, tout comme la souscription d’une assurance incendie et d’une assurance solde restant dû (ASRD) afin de pouvoir bénéficier d’un taux encore plus avantageux.

Les étapes clés de votre rachat de crédit

La première étape pour racheter son prêt hypothécaire pour bénéficier d’un meilleur taux est celle de prendre rendez-vous auprès de plusieurs organismes bancaires. Vous devrez leur communiquer toutes les caractéristiques de votre crédit pour qu’ils puissent examiner votre dossier. Un courtier peut s’occuper de cette phase à votre place, si vous le souhaitez, et trouver la meilleure offre pour vous.

Si vous comptez demander un refinancement interne, prenez contact avec votre banque afin de discuter avec votre conseiller pour décrocher un contrat plus avantageux pour vous, que ce soit une renégociation ou un rachat. N’hésitez pas à discuter également des avantages proposés par les banques concurrentes de votre établissement actuel pour renforcer votre position.

Vient ensuite l’étape de la comparaison : votre seul objectif est de choisir les conditions les plus attrayantes possibles. C’est une phase importante du processus de rachat de votre emprunt !

Vous pouvez faire des simulations en ligne pour savoir si un rachat pourrait être avantageux selon votre situation, surtout si le prêt est récent, avec encore 10 ans minimum comme durée de remboursement. Gardez à l’esprit que généralement la différence entre le taux d’intérêt actuel et le taux d’intérêt visé doit être d’au moins 1 %.

Les offres de rachats ne sont pas toujours avantageuses pour les consommateurs. Il faut prêter attention aux conditions proposées avant de souscrire. Effectivement, le rachat de votre prêt implique plusieurs frais liés : pensez notamment à l’indemnité qui peut vous être demandée lors d’un remboursement anticipé d’un crédit en cours.

Généralement, elle est égale à trois mois d’intérêt sur le capital restant à rembourser. Il faudra prendre en compte les frais de mainlevée aussi, c’est-à-dire les frais engendrés par l’acte notarié par lequel l’emprunteur met fin à l’ hypothèque sur son bien.

Étudiez bien les frais de dossier et les frais d’expertise : essayer de les renégocier avec votre nouvelle banque. Vous aurez à penser aussi aux frais d’enregistrement, car le nouvel emprunt nécessitera la nouvelle inscription de l’hypothèque.